Les différents types de mors et leurs actionsLes différents types de mors et leurs actions

Depuis des milliers d’années, les humains travaillent avec des chevaux à l’aide de mors. L’art de communiquer avec un animal d’une demi-tonne par un morceau de métal dans sa bouche sensible est au cœur de ce qu’est devenue l’équitation. Entre de bonnes mains, n’importe quel morceau peut être doux, et dans les mauvaises, n’importe quel morceau peut être dur. Mais quel mors peut être utilisé pour quelle discipline de pilotage ? Et lequel conviendrait le mieux à votre cheval ?

Filets, le mors le plus courant

Ce sont le type de mors le plus courant, et pour une bonne raison. Ce sont généralement les mors les plus doux du marché et peuvent être légalement utilisés dans presque toutes les disciplines (à l’exclusion des plus hauts niveaux de dressage et de reining occidental). Les filets n’ont aucun effet de levier, ils n’exercent donc pas de pression sur la tête ou la mâchoire du cheval.

Bordures, les mors les plus durs

Les bordures, d’autre part, sont les mors les plus durs. Celles-ci ont une forte action de levier qui fait que la bride appuie sur le sondage du cheval. Ils sont également équipés de chaînes gourmettes qui s’enfoncent dans la mâchoire du cheval. Ceux-ci ne sont destinés qu’aux coureurs les plus qualifiés au plus haut niveau. Dans certaines équitations, le trottoir n’est jamais utilisé sauf dans une double bride en conjonction avec un filet (bridoon).

Pelhams, une combinaison de filet et du trottoir

Les pelhams, y compris les Kimberwicks, sont une combinaison du filet et du trottoir. Ceux-ci sont utilisés avec des connecteurs ou de doubles rênes. Ils ont une action similaire à la double bride sans nécessiter la compétence. Ils sont considérablement plus durs que les mors, mais plus doux que les bordures.

Les bâillons, des mors qui n’ont pas de chaîne gourmette

Ce sont des mors de levier qui n’utilisent pas de chaîne gourmette. Ils sont plus tranchants que les mors et ont généralement un effet de soulèvement sur la tête du cheval, ce qui les rend impropres au dressage. Ils sont populaires pour le saut et le polo.